Moteur automatisation volets roulants

Le volet roulant

Terme bien italien désormais entré dans le langage commun, le mot tapparella (derivé de « tappare », qui signifie boucher), dérivé du dialecte milanais, est l’équivalent de « volet roulant ».
Le volet roulant est la version domestique du rideau métallique qui est utilisé dans le domaine commercial et industriel pour fermer les accès des magasins et des entrepôts.

 

Le fonctionnement d’un volet roulant

Le volet roulant est un des systèmes de fermeture de portes et fenêtres les plus utilisés. Il en existe de plusieurs sortes, construits en différentes matières, jusqu’à arriver aux versions blindées, pour garantir plus de sécurité aux occupants du bâtiment où les volets roulants sont montés.
Le volet roulant fonctionne au moyen d’un rouleau, appelé axe, placé dans un caisson où les éléments horizontaux glissent. Un système de poulies, avec un ressort, permet la montée et la descente de l’ensemble des éléments qui glissent à l’intérieur de deux coulisses latérales.
Le fonctionnement classique est manuel : en agissant sur une sangle placée latéralement à la fenêtre ou à la porte, on actionne la montée ou la descente du volet roulant.

 

Moteur automatisation volets roulants

La motorisation des volets roulants n’est pas une invention très récente, mais les découvertes de dernière génération et l’avènement des maisons domotiques développent l’utilisation et le perfectionne, en créant une gamme d’utilisations qui n’étaient pas possibles il y a quelques années.
Les moteurs tubulaires sont utilisés même sur les stores bannes avec en supplément la manœuvre manuelle de secours. Dans ce cas, l’association avec des capteurs de vent, soleil, pluie, permettent la fermeture automatique des stores bannes, sans votre intervention. Grande facilité d’utilisation et sécurité, surtout si les occupants ne sont pas à la maison en cas d’intempéries. Bien entendu, l’automatisation peut être partielle ou totale : dans l’automatisation partielle, l’homme veille à ce que l’installation soit activée et désactivée par des télécommandes ou des interrupteurs, tandis que l’automatisation complète laisse la gestion des situations aux unités de commande électroniques, par le biais de l’analyse des signaux émis par les capteurs. Naturellement, la technologie est applicable aux véritables volets roulants.